Exemple chez Senvion France, à Picquigny (80)

En Picardie et en Haute-Normandie, Senvion France assure la maintenance de 18 parcs éoliens, soit près de 10 éoliennes. Pour s’assurer de leur bon fonctionnement, le n° 3 du secteur en France fait confiance à des professionnels qualifiés et formés en Picardie.

Un secteur en pleine expansion

Picquigny, à l’ouest d’Amiens, au petit matin : Richard Gras, le responsable des centres de maintenance de Picardie et de Haute-Normandie de Senvion France, confie à ses équipes les missions de maintenance à effectuer pour la journée. À Airaines, dans la Somme, et à Lihus, dans l’Oise, deux éoliennes doivent être révisées, en prévention. Dans un parc éolien de l’Aisne, un arrêt a été signalé sur une machine par le centre général de gestion Senvion, situé en Allemagne. Un duo de techniciens doit être envoyé sur place.

Répartis en binôme – « une union indispensable pour exercer son travail en toute sécurité » – les techniciens de maintenance se préparent pour intervenir sur le terrain. « Lorsque j’ai commencé mon emploi chez Senvion France, nous n’étions que deux à exercer le métier de technicien de maintenance », explique Richard Gras, qui s’est lancé dans l’éolien en 2006, quand le secteur n’en était encore qu’à ses balbutiements. « Aujourd’hui, nous sommes 15 techniciens ! Et nous allons recruter, très prochainement, deux nouveaux professionnels. La moyenne d’âge ne dépasse pas 25 ans : c’est un métier vraiment jeune. »

Partenariat avec WindLab

Parmi ces techniciens employés à Picquigny, 2 sont d’abord passés par la formation dispensée au sein de WindLab. Logique : depuis 2012, Senvion France soutient très activement l’unité de formation aux métiers de l’éolien créée et financée par la Région. En décembre 2014, l’entreprise signait même – tout comme 25 autres entreprises du secteur éolien en Picardie – une convention de partenariat avec la plateforme régionale.

« J’ai moi-même participé à l’élaboration du contenu de la formation WindLab » continue Richard Gras. « L’objectif est clair : répondre, de manière efficace, à nos besoins et créer un cursus qui permettra aux stagiaires d’être formé aux réalités du métier et aux différents types d’interventions. »

Dispensée au sein de la Cité scolaire Amiens Sud, la formation dure sept mois. Au programme : des cours d’électronique, d’électromécanique, de maintenance, d’hydraulique, de réparation de pâles, d’anglais technique… « Grâce aux différents enseignements dispensés par les formateurs du Greta et de Promeo, les stagiaires WindLab acquièrent des connaissances théoriques indispensables. »

Des acquis à appliquer sur le terrain, pendant un stage de 2 mois en entreprise. « C’est pendant les missions d’intervention, au contact de professionnels qualifiés, que les stagiaires apprennent vraiment le métier. S’ils sont rigoureux et motivés, ils pourront ensuite se lancer dans une carrière professionnelle toute tracée ! »

L’éolien, un secteur qui recrute

120 : le nombre de techniciens de maintenance en parcs éoliens qui travaillent sur le territoire picard. Selon une enquête réalisée par l’association professionnelle France Énergie Éolienne, 120 nouveaux techniciens devraient être recrutés d’ici à 2020, en Picardie.Retour ligne automatique
45 : le nombre de stagiaires formés à WindLab. 90 % d’entre eux ont décroché un emploi dans le secteur éolien à la suite de leur formation.